Interview

Gloria lwamba, Patronne du Geni Congolais

Gloria lwamba est une congolaise , entrepreneur et analyste socio politique, coordonnatrice de l’ONG GENI congolais , et présidente de l’entreprise de communication phœnix, elle est également co propriétaire et initiatrice de l’entreprise Lamberti ro kakali

LZ: Pourquoi cette vision écologique et le nom Geni ?

GL: GENI est le sigle de Génération nouvelle des innovateurs, nous voulions mettre GENI à la base car comme l’ONG consiste à réunir les intelligence autour d’un thème commun pour le développement du pays, nous avions opter pour GE.N.I qui sonne comme GÉNIE. La vision écologique est en référence au développement durable et à l’environnement, l’ensemble de ce qui nous entoure, et nous pensons qu’il est nécessaire d’agir pour un bien commun. À l’ère de 17 objectifs du développement durable, il était plus que judicieux pour nous de participer en agissant en faveur de l’environnement

LZ: Pouvez-vous nous en dire plus sur l’ère de 17 objectifs ?

Gl: il ya 17 objectifs du développement durable , qui sont des objectifs mondiaux pour lutter contre la pauvreté, la faim,
Les inégalités, la dégradation de l’environnement et promouvoir la paix et la justice.

LZ: Quelles sont les actions de Geni qui vous ont le plus marqué ?

GL: En 2020 nous étions dans une école pour distribuer des cadeaux aux enfants qui n’avaient pas pu avoir des cadeaux de fin d’année par le père Noël et ceux qui n’en avait pas assez , dans le but de réduire les inégalités qu’il peut avoir dans les écoles. En février de la même année , l’ONG était nominée comme meilleur local content par la Fédération des entreprises du Congo, c’est un grand pas , d’autant plus que nous sommes une ong et non une entreprise , mais nos actions appuient le développement et propulsent les entrepreneurs.

En 2015: nous étions primés par le ministre de l’industrie et le fond de promotion de l’industrie comme : Le GRAND PRIX DE LINNOVATION INDUSTRIEL, qui est une reconnaissance nationale. C’est de loin l’un des grandes récompenses qu’on puissent solliciter. D’autant plus qu’il était sous le haut patronage du Chef de l’état à l’époque Joseph kabila.

En 2016: nous sommes allés au Ghana , et dans au moin 3 province du Ghana: takoradi, cape coast, Accra. J’ai personnellement rencontré le président mahamat ( a cette époque president en exercice du Ghana ) qui était en meeting de campagne électorale au stade de cape coast,(Ghana). Je suis par la suite rentrée à Accra , il yavait le directeur de l’alimentation national (buffer stock ) qui était candidat et que j’ai soutenu à l’époque et qui à été elue député national, ( member of parliament)

LZ: Que pouvez-vous nous dire sur l’ impact mon différents formations et conférences dans la vie de ceux qui sont passés dans vôtre organisations ?

GL: La GENI compte plusieurs membre , dans différente province de la République démocratique du Congo,  et ensemble nous avons formé d’autres jeunes qui sont aujourd’hui outillés pour affronter le monde et répondre aux questions environnementales. Certains ont créé des ongs filiales, d’autres sont des chefs d’entreprises , des médias preneurs , et c’est à cause de cela d’ailleurs que nous étions nominé comme meilleur local content à la FEC.

LZ:  Geni, une organisation qui a fait parler d’elle pendant un moment. Pourquoi y a-t-il eu ce silence ? Que sait-il réellement passé ?

GL: Le silence est générale du à la situation sanitaire, mais nous sommes entrains de travailler, nous continuions à sensibiliser, nous avons organiser un meeting premium le 6 novembre 2021, cette année même, donc oui, en effet nous continuons de travailler mais il est évident que les moyens constituent un blocage car le monde a changé, aujourd’hui chacun s’occupe de sa famille et il ya très peu des donateurs pour les causes communes.

Nous avons cependant lancé la vente des manuels d’apprentissage sur le recyclage qui sont disponibles. Au congo, il y a un problème sérieux de sensibilisation et de consommation. Beaucoup des gens consomment des boissons et jettent les bouteilles en plastique parce qu’ ils n’ont pas cette notion de recyclage. Ils attendent des machines alors que le recyclage est un procédé qui peut se faire par la main. Nous expliquons dans le manuel comment fabriquer des bracelets à partir des déchets plastiques, comment différencier les déchets; comment faire le tri, pourquoi il est important de recycler et c’est quoi recycler. Voici un peu où nous en sommes.

Il ya une surconsommation au Congo qui fait qu’une seule entreprise ne puisse pas recycler toute les bouteilles plastique. Alors nous avons voulu eduquer & former la population par ce manuel d’apprentissage.

le Zérahïque

Nous sommes un magazine et vitrine web

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page