Interview

Flavien Kaputo, le roi d’art Kaputo

Déterminé et d’un esprit libre, son art reflète son état d’esprit. Il intègre différentes techniques dans ses différentes oeuvres qu’il nomme son art kaputo style: dessin, collage, soudure, découpage.

Le Zérahïque : Pourquoi avez-vous fait le choix de suivre cette voie ?

Un artiste choisit un art où il estime qu’il peut tout faire et traiter divers sujets dans ses oeuvres( santé, passion, amour, histoire, drame, géographie, théologie… ) donc une oeuvre est le fruit de nos recherches ou inspiration. J’ai préféré être artiste et arriver à tout dépasser. Il y a des artistes qui font des chansons un peu tristes qui peuvent nous plonger dans une dépression c-à-d une personne qui sait c’est qu’une dépression et il sait comment le manipuler pareille avec nous dans le dessin. Quand je traite sur la prostitution ou des embouteillages dans la ville par exemple, je sais de quoi je parle. J’ai eu le temps d’observer à la source et j’ai quelques pistes à offrir.

L’art me permet de tout faire: environnement, géographie, histoire, journalisme… je le fais souvent chronologiquement dans mes différentes expositions. Dans ma dernière exposition, j’ai parlé des différents moments dans la ville de Kinshasa, c’est un peu de l’histoire. En regardant mes oeuvres, une personne peut dire qu’en 2022 les moeurs de motards étaient d’une telle façon, il y avait des gens de lemba qui étaient à la recherche de l’eau. En d’autres termes, c’est du reportage de la ville à travers l’art.

Le Zérahïque : Votre dernière exposition à l’ambassade de la Belgique a fait du bruit dans la ville et a connu du succès, pouvez-vous nous en dire plus ?

J’ai attendu pendant longtemps mon exposition qui devait normalement se derouler l’an passé. Suite à la situation sanitaire, l’exposition s’est déroulée cette année. L’exposition a été parrainée par l’ambassade de la Belgique à Kinshasa et conjoint par L’exposition du collègue belge qui était lié à des photographies dont les peintres belges faisaient sur des monuments en Belgique. Cette exposition se fait dans le monde entier dans les différentes ambassades de la Belgique. Mon exposition parlait des réalités qui se déroulaient dans les rues de Kinshasa: embouteillage, prostitution, les vols durant les heures de pointes… J’ai parlé du quotidien du kinois en 2022.

By Eli le Zérahïque

le Zérahïque

Nous sommes un magazine et vitrine web

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page